monCranves-Sales.info !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 3 juillet 2009

Moriaud !

J'adore surfer pour surfer... sans but... On y fait des découvertes étonnantes, passionnantes, amusantes, folles, piquantes, nulles, inutiles, émerveillantes, gore, émouvantes, désolantes, énergisantes, hallucinantes, belles, bref, comme dans la vraie vie !

Google est mon ami. Mais je pratique aussi d'autres moteurs de recherche.

J'ai essayé BING, le nouveau concurrent par Microsoft, immédiatement raillé par des internautes facétieux : But It's Not Google ! Pas mal du tout pourtant (et Dieu sait si je n'aime pas Microsoft...).

J'ai testé aussi WolframAlpha, le moteur créé par l'étonnant Mr Wolfram, qui a développé le célèbre Mathematica. Pas vraiment un moteur de recherche d'ailleurs, mais plutôt un moteur de réponses ! C'est encore uniquement en Anglais, mais c'est bluffant.

Quand à Yauba, il est permet bien sûr la recherche sur le web, comme Google, mais aussi plus précisément la recherche d'images, la recherche sur les blogs, dans les documents... et surtout, bonheur suprème, contrairement à Google, il ne garde aucune trace de vos recherches...

C'est donc avec Yauba que j'ai trouvé cette photo de "Moriaud" du 19e siècle. Il y avait donc des Moriaud promoteurs immobilier à cette époque à Genève. C'est tout proche, mais je ne connais pas cette branche de la famille, dommage... :-)

La photo ne dégage pas franchement l'dée que je me fais du bonheur familial, mais elle me plait bien !

David Moriaud (1833-1898), promoteur immobilier suisse, sa femme Pauline Moriaud-Marcinhès, et leurs enfants William (1862-), Paul (1865-1924) et Eugénie (1859-)

Étonnant non ?

vendredi 29 août 2008

La cabane Moriaud

C'est pas pour me vanter (encore une fois), mais j'ai découvert qu'un bâtiment portait le nom de Moriaud.

Lire la suite...

dimanche 13 juillet 2008

C'est pas pour me vanter...

... mais j'ai un aïeul célèbre !

Le surf sur Internet révèle chaque jour son lot de merveilleuses surprises. En effet, à peine je prenais connaissance de la mise en ligne par le vénérable quotidien anglais "The Times" de l'intégralité de ses archives en ligne -tenez-vous bien- depuis 1785, que je m'inscrivait pour un accès complet gratuit.

Lire la suite...