On a connu les fameux ouvriers polonais "esclaves" sur le chantier du tribunal d'instance de Thonon en 2006 : lire le compte-rendu de Bellaciao.org.

Plus récemment l'histoire des maçons polonais à Vétraz-Monthoux : lire sur le site FSD74.org

Quelle ne fut pas ma surprise ce matin (un lundi de pentecôte !!!) de voir deux voitures garées sur le chantier de l'immeuble "Les Plurielles côté jardin" portant des plaques minéralogiques slovaques !

(cliquez sur les vignettes)

Je ne connais pas les conditions de travail ni de logement de ces ouvriers que j'ai vu à l'ouvrage, ni leur salaire, et je ne fais aucun à priori. Je m'étonne juste un peu...

L'ouvrier slovaque gagne certainement mieux que dans son pays. Si la loi et les conditions de son embauche en France ont été respectées -on sait que c'est rarement le cas, ce n'est de toutes façons pas une situation moralement acceptable.

Les couts de la constructions n'ont pas baissé ces derniers temps que je sache ! C'est donc que les bénéfices réalisés sur le dos de ces travailleurs vont donc directement dans les poches de l'entreprise donneuse d'ordre et les nombreux sous-traitants. Est-ce vraiment l'Europe que nous voulons ? Des travailleurs slovaques pourquoi pas... mais au salaire français lorsqu'ils travaillent en France.

Il n'y a peut-être aucune infraction sur ce chantier et les ouvriers slovaques sont peut-être bien payés et bien logés. Encore une fois, je ne fais pas de procès d'intention. Le problème n'est pas là de toutes façons. Je ne peux m'empêcher de penser à ces centaines de millier de nouveaux chômeurs en France qui aimeraient bien profiter dès demain du RSA pour travailler sur ce chantier ! 

Je suis passionnément européen, et j'ai voté "non" en 2005 pour que l'Europe ne devienne pas un système au service des profiteurs et des marchands. Contre Bolkenstein! L'Europe doit porter d'autres valeurs, et aider à combler les différences au lieu d'en permettre l'exploitation.

Il ne s'agit pas de faire du protectionisme à la Villiers, mais au contraire de permettre à de nouveaux arrivants dans l'UE de pouvoir accéder chez eux à de meilleures conditions de vie.

L'Europe que je veux empêchera le dumping social et fiscal, harmonisera les salaires en les tirant vers le haut, unifiera les systèmes fiscaux et dira non à "une concurence libre et non faussée"...

La mairie a-t-elle un droit de regard ? Qui peut m'éclairer sur le fonctionnement de ce chantier ?

Et qu'en pensez-vous ?