D'après les renseignements de Serge Chardon pris en mairie le 9 janvier, voici ce que nous connaissons des faits:

Il existe trois chaudières à gaz pour chauffer les écoles:

  • Groupe A (celui du haut)
  • Groupe B (celui du bas)
  • Ecole maternelle et restaurant

La chaudière du groupe B a explosé au moment de son entretien et un bloc de fonte projeté a failli blesser grièvement l’ouvrier d’entretien.

Le groupe B a donc été privé de chauffage. La chaudière devait être changée.

Le temps de trouver une chaudière adaptée au bâtiment, les salles de classe ont été chauffées par des convecteurs électriques, mais il a fallu adapter la puissance du branchement électrique.

La chaudière a été commandée. Et installée dès sa livraison.

Précision utile :

Le code des marchés publics permet d’intervenir sans mise en concurrence, compte tenu du prix et de l’urgence.

Certes, il y avait urgence, bien compréhensible compte tenu de la saison ! Pas le temps d'étudier une alternative. Par contre y a-t-il une réflexion, suite à cet incident, pour imaginer une autre façon de chauffer l'école primaire de Cranves-Sales ? Et par delà les autres bâtiments communaux ?

Les nouveaux bâtiments qui seront mis en service cette année ( services techniques, vestiaires et péri-scolaire ) mettent déjà en oeuvre des panneaux solaires photo-voltaïques ou thermiques. Et c'est bien !

Lors de la campagne électorale, j'avais fait des propositions, notamment pour l'étude et la réalisation de panneaux solaires ainsi que d'une chaufferie au bois pour les bâtiments publics dont l'école ainsi que pour une meilleure isolation des bâtiments. Ces propositions, faute de temps, n'ont pas pu être intégrées au programme de la liste de gauche.

Maintenant que le développement durable est au programme de cette municipalité, que la crise énergétique et financière rend ces propositions encore plus valides, j'espère qu'elles trouveront un écho favorable.

Plusieurs arguments plaident en faveur d'une centrale de chauffage au bois à Cranves-Sales :
  • Cranves-Sales bénéficie de ressources forestières
  • l'exploitation de ces ressources est locale, donc moins de transports, plus de main d'œuvre locale
  • le bilan énergétique est favorable au bois, en comparaison du gaz
  • le bois, ressource locale, n'est pas et ne sera jamais soumis aux aléas de l'importation du gaz
  • les subventions pour ce genre de projet sont assez importantes
Lorsque j'en parle autour de moi, je suis frappé par la quantité de communes ayant au programme la construction d'une centrale de chauffe au bois ou l'ayant déjà mise en service, que ce soit en Suisse ou en France. C'est donc que ce mode de chauffage doit être rentable quelque part...

Notamment chez deux de mes plus proches collègues :
D'ailleurs, une rapide recherche dans Google de type "décisions conseil municipal chaufferie bois" nous donne l'étendue des réalisations dans la France entière et en Suisse voisine.

Autres références :
Je propose donc que Cranves-Sales étudie la possibilité de remplacer les chaudières publiques existantes par une chaufferie au bois.

Qu'en pensez-vous ?