La réunion rassemblait une bonne quarantaine de personnes, dont une dizaine de membres de l'APE et quelques professeurs des écoles. C'est peu par rapport à l'enjeu, mais pas si mal compte tenu du manque de publicité sur Cranves-Sales.

Le bureau se composait de Mme la directrice de l'école primaire de Cranves-Sales, de Mr. Michel Bavin, professeur des écoles à Thonon et syndicaliste, de Mme Fokeladeh, professeur des écoles à Cranves-Sales, de Mme Odeyer, membre de la commission scolaire de Cranves-Sales, de Mme Boinnard professeur au lycée des Glières, de Mme Duvillard, RASED et habitante de Cranves-Sales, et de Mr. le maire. Un délégué de l'UCE est excusé.

Mme la directrice a démarré la réunion en la présentant comme une information aux parents pour l'avenir de leurs enfants, un éclairage sur la situation et a remercié la mairie de Cranves-Sales d'avoir mis à disposition la salle de la Maison des Sociétés.

Mr. Bavin a exposé ensuite les différents thèmes, en abordant une par une les réformes en place ou se profilant.

Je dois dire que j'avais noirci quatre pages pleines de notes, prises sur le vif, mais qu'en me relisant ces derniers soirs, je m'aperçois que la tâche que je m'étais fixée de publier ici un compte-rendu détaillé est juste impossible.

Je n'arriverai pas à rendre, dans le temps qui m'est imparti..., l'incroyable densité des informations données notamment par Mr. Bavin. Parce que mes notes ont été prises trop rapidement, que ma mémoire flanche sur les indispensables détails des modifications de calendrier et d'horaires, et les si nombreux termes techniques et abréviations.

Ma déception de ne pouvoir le faire est à la mesure du sentiment d'abattement que j'ai éprouvé suite à cette réunion. Comme tous les participants je pense. On a véritablement l'impression d'une casse organisée et méticuleuse de notre service public. La même impression d'assister impuissants au démantèlement de l'éducation "nationale", comme c'est le cas par exemple pour "la Poste". On coupe les budgets, on démantèle, on casse, ce qui fait le lit du privé.

Je résume ici quand même les grands thèmes de cette réunion très dense :

  1. La disparition du samedi matin, et le soutien scolaire
    Attention : ne pas confondre soutien scolaire et soutien spécialisé
  2. La coupe claire dans les RASED (réseau d'aide spécialisée aux élèves en difficulté)
    3000 suppression de postes en vue ! Ministre sourd aux 250.000 signatures de la pétition. Ref : Collectif AHSH74. Il faudrait des RASED dans les collèges !
  3. L'avenir menacé des associations éducatives complémentaires
    L'USEP est directement touché, ce sont 10000 enfants licenciés en Haute-Savoie ! Les classes découvertes aussi !
  4. Stages de rattrapage pendant les vacances
    Pas de réflexion sur le fond pour la mise en place (comme le reste !)
  5. Le service minimum d'accueil
    L'état se décharge sur les collectivités locales et les parents
  6. L'accueil des enfants de 2-3 ans
    On veut les envoyer dans le privé !
  7. Réforme de la 2nde au Lycée (mise sous le boisseau par Mr. Darcos)
    Le grand foutoir, sans consultation ni concertation
  8. Suppression des IUFM
    Un cursus universitaire, quid des stages ?
  9. Création des EPEP (établissements publics d'enseignement primaire)
    Regrouper les écoles, mutualiser les moyens, c'est à terme supprimer des postes. Les collectivités locales qui le pourront subviendront aux besoins... les autres...
Mr. le maire de Cranves-Sales tenait parait-il à ce que cette réunion ne soit pas "politique". Aucune revendication de cette réunion n'a effectivement été catégorielle, on n'a pas parlé de salaires, de conditions de travail de la part des personnels. Ce n'était donc pas une réunion "politique", au sens UMP du terme.
Par contre on a parlé du saccage de notre l'école républicaine, de sa véritable mise en pièces.  Et ça, si c'est pas "politique"... Heureusement qu'il est arrivé passablement en retard et est parti avant la fin, je crois qu'il s'en serait rendu compte

Sur le rôle nouveau des collectivités locales dans le cadre de ces "réformes", Mr.  le maire a fait des phrases. Je n'ai d'ailleurs même pas de notes...

Alors certes, le ministre Darcos a cédé entretemps sur quelques points, craignant le syndrome grec. Il n'en reste pas moins que tout le reste de ce qui se prépare, sans concertation, est grave.

D'autant que la finalité de l'ensemble est assez claire. Sous l'excuse de réaliser des économies budgétaires, on taille dans le service public de l'éducation nationale, pour faire la part belle au privé. L'hôpital, la Poste, l'école... joli tableau de chasse !

Quelques liens :
Je sais que ce compte-rendu n'en est pas vraiment un. J'apprécierais que certains intervenants complètent, rectifient et donnent leur avis en commentaires...

Et vous, qu'en pensez-vous ?