Hier et aujourd'hui, Hervé Pauchon baladait son micro dans les allées de "L'université d'été du cheval de trait" à Beauvais, organisée par l'association Equiterra. Eh oui, il y a aussi une université d'été du cheval de trait !

Mais il se dégageait des interviews une sagesse et un bon sens paysan qui n'avaient rien de rétrograde ou passéiste dans le micro du journaliste parisien, bien au contraire !

Les thèmes abordés sont on ne peut plus d'actualité : le développement durable, traction animale et effet de serre, le cheval - une énergie renouvelable, traction animale et insertion, statut juridique du cheval, etc...

Car j'ai découvert qu'il n'y a pas que certains paysans ou vignerons écolos bios qui s'intéressent au retour du cheval comme mode de traction. Une septentaine (désolé, une soixantedizaine c'est moche...) de villes en France emploient un ou plusieurs chevaux pour des tâches allant de la collecte de déchets à l'arrosage des espaces verts, en passant par le débardage ou la sécurité publique avec la mise en place de brigades équestres.

Certaines municipalités et certains syndicats intercommunaux de voirie -notamment à Woustviller (57) et "Quanta" son cheval cantonnier, Saint-Pierre sur Dives, ou le parc de la tête d'or à Lyon, troquent leurs coûteux camions, camionnettes et tracteurs contre des chevaux de trait.

En 2008 ! En France !

Les applications du cheval de trait sont nombreuses:

  • La traction d'une tonne d'eau pour l'arrosage des plates-bandes communales,
  • la récolte des ordures ménagères à l'aide d'un véhicule hippomobile,
  • le débardage et même de la tonte des espaces verts,
  • etc...

Les aspects positifs qui plaident en faveur du retour moderne au cheval :

  • Les économies de carburant -et on sait que c'est un poste élevé actuellement,
  • les coûts d'acquisition d'un cheval (3000€ à 7000€) et d'un véhicule hippomobile moindres que ceux d'une camionnette,
  • les frais d'entretien sont moindres que ceux d'un véhicule automobile,
  • l'absence de pollution des moteurs, qui tournent toute la journée,
  • le silence retrouvé,
  • la sympathie des habitants,
  • le tissage du lien social,
  • l'apprentissage du respect des autres,
  • transporter le père Noël... (St Pierre sur Dives)
  • etc...
Et puis avec le sac spécial crottin, pas de risque pour les routes de la commune !

Je formule donc une proposition pour la commune de Cranves-Sales : effectuer une étude sur le remplacement d'un ou de plusieurs véhicules des services communaux par un ou plusieurs véhicule(s) hippomobile(s). Ce projet pourrait entrer en concurrence avec l'acquisition de véhicules électriques, vu la configuration topographique de la commune.

A voir :