La première présentation faite par Pierre Bosson (mon cousin...), donne un éclairage historique sur les communes en France, et montre que la spécificité française (36.000 communes dont 80% de moins de 200 habitants) conduit naturellement aux regroupements que sont les agglomérations.

M. Borel, président de l'Agglo, prend ensuite la parole pour insister sur le fait que personne "ne mangera" personne dans l'Agglo, en donnant pour preuve la répartition "égalitaire" des conseillers. En effet, les "petites" communes comme Machilly ou Juvigny comptent 4 conseillers, ce qui est beaucoup plus que ne l'aurait voulu une répartition proportionnelle. J'aime personnellement beaucoup la façon dont Mr.Borrel s'exprime, et les idées qu'il défend à chaque fois.

M. Deleaval présente les aspects économiques de l'Agglo. Les systèmes de contribution et de compensation sont assez complexes. Comme il l'a dit avec humour, c'est assez indigeste. Mais très utile. Ce que le législateur a prévu permet, à ce que j'en comprends, un fonctionnement assez harmonieux et équitable entre les 12 communes.

M. Guilhem Bédoïan, conseiller en charge des transports, et par ailleurs maire de Juvigny, présente ensuite le gros morceaux de la soirée. Les nouvelles lignes de bus 5 et 6 partant de Bonne et passant par Cranves-Sales sont, je l'ai toujours pensé, une avancée énorme pour les habitants de Cranves-Sales. Elles s'inscrivent dans le remodelage complet des lignes de la TAC, avec notamment la mise en site propre des bus sur la route de Genève, la création d'une ligne circulaire, et la modification complète de la douane de Moillesullaz, pour permettre l'arrivée des bus sur le même quai que les trams suisses. C'est énorme. Sans parler du futur tramway reliant Moillesullaz à Annemasse !

Le président de la TP2A brosse ensuite un tableau complet des nouvelles lignes. C'est un ancien de la RATP (la TAC est une compagnie dont la RATP est actionnaire à raison de 51%, et les TPG de 49%). Il est passionné, cela se ressent. Nous aurons un bus tous les 15 minutes à Cranves-Sales. Que pouvions-nous espérer de mieux ? Il faut aussi mentionner le Proxy'TAC et le Handi'TAC, qui fonctionnent déjà en pilote pour Juvigny et Saint-Cergues je crois. Les tarifs sont uniques dans l'agglomération, pour tous les services !

Par contre, le problème de l'augmentation du prix du ticket pour le transport scolaire de 50€ à 130€ par enfant pose un problème. La question
sera posée plusieurs fois. M.Borel est inflexible et manifestement irrité par la critique. Mais je suis assez convaincu, en tant que parent d'élève et de 4 enfants, que la somme des frais engendrés par les multiples déplacements en voiture pour nos enfants dépasse les 80€ par an. Surtout au prix de l'essence maintenant. Il est pourtant dommage de constater que la majorité des questions posées par le public étaient négatives. Quand on voit le travail accompli, les changements proposés, le bouleversement que tout cela représente. Heureusement que ma belle-soeur a pris la parole pour le faire remarquer !

J'aimerai bien que les détracteurs de ce nouveau système donnent leur avis en commentaire ici !

La partie économique est traitée avec sensiblement moins de brio par Bernard Boccard. On sent qu'il n'est pas aussi à l'aise que les vieux briscards de la politique tels que Borel. Il a certainement la compétence pour ce dossier, mais probablement pas la facilité oratoire de ce dernier. Borel précisera les propos du maire de Cranves-Sales concernant le développement économique de l'Agglo, selon quatre axes : zone industrielle de Borly 2, gare d'Annemasse, ....

Suit le speach de M. Mathelier, maire d'Ambilly et conseiller en charge de la communication. Il faudra pas mal de comm pour justement
convaincre tous les habitants de l'Agglo des plus de cette structure, et aussi créer une identité propre à ce territoire. Il y a du travail. J'apprécie aussi le discours de ce jeune maire, avec qui j'ai eu le plaisir de discuter "logiciels libres" lors du dernier FSD.

M. Borrel conclut, après de nombreuses questions, avec notamment le rappel que les projets collectifs sont à mettre au dessus des problèmes privés. Bien vu !